Bernard Émond et moi

bernard 4Bernard Émond pour moi, c’est La neuvaine. C’est le bout du quai à Sainte-Anne de Beaupré, assise sur le bloc de ciment jaune à regarder le fleuve. C’est un film qui marque un moment dans ma vie où j’ai retenu mon souffle, le temps d’un grand chagrin. Quand la vie tranche, qu’elle te présente un crochet sans prévenir, une droite qui te couche au tapis.

Le cinéma fut mon refuge. Je m’identifiais aux héros, à leurs destins, aux luttes qu’ils devaient mener et cela me donnait du courage.  La neuvaine tombait pile. L’histoire me parlait de moi, me donnait l’impression d’avoir été écrite pour moi. La souffrance devant l’impuissance de Jeanne, confrontée à la foi inébranlable de François. Sainte-Anne de Beaupré, la Bonne Sainte-Anne étant l’emblème de mon héritage catholique familial maternel et la petite Martine, le bébé de Lise, que Jeanne a pris sous son aile.

Puis, la neuvaine comme telle. Celle vers laquelle le cinéaste nous guide à travers ses personnages. Celle qui soigne. Nous ramenant à l’essentiel. Nous donnant rendez-vous à l’intérieur de nous-même. Proposant l’ouverture et l’espoir comme une confidence, un murmure, un mot à l’oreille.

Un baume sur ma peine.

Depuis, chaque nouveau film de Bernard Émond est un pèlerinage en soi. Une source de réconfort et de recueillement.

J’ai revu La neuvaine récemment avec beaucoup d’émotion. J’étais fébrile à l’idée que la magie n’opère plus maintenant le grand chagrin passé. Je craignais que ce qu’il me restait du film et que je chérissais tant, ait perdu de son sacré. Dès les premières images, j’ai été transportée à nouveau.

Je retourne au besoin à Sainte-Anne de Beaupré m’asseoir au bout du quai sur le bloc de ciment jaune à regarder le fleuve…

Croyante? Oui. Je crois en l’art.

En novembre 2010, l’Association québécoise des critiques accordait à La Neuvaine le prix du meilleur film québécois de la décennie.

Le dernier film du cinéaste Tout ce que tu possèdes est toujours en salle un peu partout au Québec. Courez-y!

Voici un extrait:

Publicités

9 réponses à “Bernard Émond et moi

  1. Martine…quel beau témoignage touchant. Tu me donnes envie de voir ce film, moi qui l’ai manqué…je vais courir le louer…merci!

  2. Belle écriture, l »émotion flotte à avoir envie de s’asseoir sur le bloc au bout du quai de Sainte- Anne.
    Je le verrai .Merci

  3. Tu écris vraiment bien ! C’est un plaisir de te lire à chaque fois ! Je vais louer le film ce soir ! 😉 Merci Martine xx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s